Texte alternatif logo

Zone occupée Arts, culture et réflexions

Numéro 16– hiver 2018

Numéro 16– hiver 2018

L’édition hivernale de la revue Zone Occupée se décline sous le thème du palimpseste. Originellement, cette technique consiste à réutiliser le parchemin d’un manuscrit que l’on a préalablement dépouillé de ses inscriptions. Ce numéro invite à s’intéresser au refait, au caché, à la reprise, à l’effacement, la réutilisation, la remise à neuf. Il convie à se pencher et à réfléchir aux couches successives et à la sédimentation que l’on retrouve dans plusieurs œuvres. Construction et reconstruction sont donc au cœur des réflexions. Un portfolio est consacré à Philippe Braquenier et un à Caroline Fillion. Des échanges croisés entre Saguenay et Rouyn-Noranda amènent à réfléchir entre autres à la notion de région. Christian Saint-Pierre discute de théâtre en tant que palimpseste et le cahier « Critique » effectue un retour le recueil Bric-à-brac au bord du lac de Charles Sagalane, sur l’exposition Les pas perdus présentée au Lobe en mai et juin dernier et sur la pratique artistique d’Hélène Roy.

Numéro 15 - printemps 2018

Numéro 15 – printemps 2018

Pour son édition printanière, la revue Zone Occupée aborde le thème de la  « Mutation ». Celle-ci n’est rien d’autre qu’une erreur de reproduction. Sur des millions de copies, de légères altérations se glissent et s’immiscent parfois pour disparaître, mais d’autres fois pour infléchir le cours des choses. Ces petits changements permettent l’émergence de l’inédit. La mutation est l’anecdote qui transforme radicalement la nature de quelque chose. C’est pour Zone Occupée l’occasion de questionner le rapport ambigu que nous entretenons avec le hasard et l’imprévu et celle d’explorer les divers agents mutagènes, physiques, psychiques, génétiques, idéologiques, etc., qui accentuent ces changements. La couverture de ce numéro est une œuvre de Cindy Dumais et il comprend aussi des textes et des œuvres de Normand Baillargeon, Pierre-Olivier Tanguay, Jean-Pierre Vidal, Rémi Leroux, Gabrielle Desbiens, Jean Caune, François-Joseph Lapointe, Laurie Boivin, Cynthia Fecteau,  Jean-Rémi Dionne, Jean-François Fillion, Charlie Lescault, Danielle Dubé, Christine Martel.

Numéro 14 - hiver 2017-2018

Numéro 14 – hiver 2017-2018

« Réflexion. Deux facettes fascinantes : celle de la capacité mentale de développer des concepts et celle de l’image qui se réfléchit, le miroitement. » C’est à l’exploration de ce concept bicéphale que vous convie l’édition hivernale de Zone Occupée. Réfléchir sur Shakespeare, revisiter Alma et son art public pour ses 150 ans et revivre avec Peter Gnass, le symposium de 1966 ou se mirer dans les œuvres de Julien Boily et trouver son écho dans celles d’Émili Dufour, c’est ce à quoi vous invite, entre autres, ce numéro. Puis, comme Jean-Rémi Dionne en éditorial, prenez un moment d’introspection, devant votre miroir, pour réfléchir et vous y réfléchir, comme un arrêt sur image dans un matin pressé. L’œuvre à la une est Paradigme objet de Julien Boily.

Numéro 13 - printemps-été 2017

Numéro 13 – printemps-été 2017

Habitat, le numéro printemps-été de Zone Occupée nous invite à la découverte des espaces matériels et immatériels qui logent l’Homme. L’habitat est « comme un écosystème au sein duquel les individus et les collectivités se développent et se constituent. Véritable espace identitaire, il incorpore les différents traits culturels et organisationnels de nos sociétés et se façonne au rythme des changements qui les marquent. » Aujourd’hui menacés et fatigués, nos habitats doivent se renouveler. Par la conquête d’autres espaces à coloniser, dans l’espace ou sous l’eau ou encore par la « reconceptualisation de nos habitats actuels par l’entremise de la technologie et d’une architecture renouvelée »? La réflexion est ouverte et les jalons posés par les auteurs, artistes et créateurs de ce treizième numéro qui aborde le concept de l’habitat, de l’écosystème comme zone d’appropriation, de représentation et de pratique.

Numéro 12 - automne-hiver 2016-2017

Numéro 12 – automne-hiver 2016-2017

« Egosociété » : quoi de plus actuel pour décrire le monde dans lequel nous vivons? C’est aussi le titre du numéro 12 de la revue des arts et de la culture du Saguenay. Le rédacteur en chef Jean-Rémi Dionne nous donne quelques pistes : le droit individuel au-dessus de la responsabilité collective, l’hyperbole comme unique figure de style privilégiée, le règne de l’opinion toute-puissante et de la subjectivité… Plus concrètement, Zone occupée nous propose une réflexion sur l’égoportrait, un portfolio des dessins à la fois naïfs et féministes de Maude Cournoyer, ainsi qu’un dossier intitulé Identités francophones partagées qui fut initié par la rencontre avec les acteurs culturels de la grande région de Sudbury durant leur Salon du livre et leur Foire d’art alternatif. Contrairement (ou parallèlement) à l’ego, l’exposition d’été du centre Bang avait pour nom Convention collective et rassemblait le travail de 21 artistes du Saguenay : nous en avons ici un portfolio, accompagné d’un texte signé Catherine Voyer-Léger.

Numéro 11 - printemps-été 2016

Numéro 11 – printemps-été 2016

Nous connaissons les lieux communs que nous arpentons régulièrement, voire quotidiennement, comme des idées reçues exemptes d’originalité et qui traduisent souvent une forme de paresse intellectuelle. Avant de devenir péjoratif, le terme lieu commun désignait les bases de l’entente et de la compréhension nécessaires à l’argumentation entre deux individus. Si ces lieux communs existent, qu’en est-il des airs communs? Des ambiances sonores, des clichés audios, de la musique, des airs familiers qui meublent notre esprit et celui de nos congénères? Et surtout, influencent-ils nos interactions, nos décisions, nos vies en quelque sorte? Notre vie est rythmée, c’est un fait indéniable. Ce qui est aussi indéniable, c’est qu’il y a plus d’aires cérébrales qui sont affectées au traitement de la musique et des sons qu’à celui du langage. Notre capacité langagière, si cher à notre ego d’Homo sapiens, serait-elle subordonnée à notre capacité auditive? Ce serait bien possible. Pour reprendre les mots d’Oliver Sacks; l’homme est véritablement une espèce musicale. Dans cette onzième édition, Zone Occupée vous propose d’explorer ces airs communs qui font vibrer nos cœurs, nos oreilles et nos âmes.

Numéro 10 - automne-hiver 2015-2016

Numéro 10 – automne-hiver 2015-2016

De quoi demain sera-t-il fait? Nous vivons dans un monde où tout est connu, mesuré et contrôlable, sauf peut-être ce qui sera; alors pourquoi ne pas coloniser ce devenir? C’est à cette question qu’une multitude d’auteurs se sont efforcés de répondre, dont Normand Baillargeon, Hervé Bouchard, Catherine Voyer-Léger, Jocelyn Maclure, Dario Larouche, Gilles Prince, Mériol Lehmann, Guy Sioui Durand, Denys Tremblay, Cynthia Fecteau, Paul Kawczak, Jean-Pierre-Vidal, entre autres. Présent depuis déjà cinq ans dans le milieu culturel québécois, le périodique Zone Occupée a su se faire une place de choix en proposant des textes d’auteurs et de chercheurs reconnus, issus des arts et de la littérature actuels.

Numéro 9 - printemps-été 2015

Numéro 9 – printemps-été 2015

Cette année, rigueur hivernale a rimé avec rigueur gouvernementale et austérité. Coupures, lois imposées, mépris des institutions… L’épuisement semble avoir pris le pas sur l’indignation, telle une dangereuse lassitude post-cynique qui nous maintient dans l’immobilisme. La revue Zone occupée s’est emparée de ce thème pour le faire vibrer au contact de l’art et des artistes. Avons-nous déjà vu un artiste épuisé, détrempé, vidé par l’acte de création? Au contraire : pour lui, l’épuisement n’est qu’un ressort, qu’une source de renouvellement et de création. Plus que jamais, les artistes ont un rôle à jouer pour réveiller en nous l’atavisme de notre capacité à créer un monde nouveau empreints de valeurs qui ne sont plus celles du néolibéralisme. À l’image de la puissance créatrice du renouveau printanier, ce numéro est une invitation à être plus créatifs que jamais face à nos propres épuisements, cessant d’être de simples spectateurs de nos vies pour enfin en devenir les performeurs.

Numéro 8 - hiver 2014-2015

Numéro 8 – hiver 2014-2015

L’inachèvement d’une œuvre permet d’accorder un regard privilégié au processus créatif, dans les interstices de l’interruption là où se côtoient la genèse et la temporalité de la création. C’est une façon volontaire ou non de mettre en évidence l’inatteignable perfection. Parfois l’inachevé survient par accident, mort ou abandon. Que faire alors de la poursuite de l’œuvre délaissée par son créateur? Dans un monde en recherche constante de perfection et de finitude, comment interpréter l’infini, l’inachevé? Existe-t-il encore de la place à l’appréciation de la matière brute, du non-finito? Voilà autant de questions qui ont inspiré les artistes et collaborateurs réunis dans ce numéro.

Numéro 7 - printemps-été 2014

Numéro 7 – printemps-été 2014

C’est avec l’image brutale d’un cochon mort que la revue Zone occupée a choisi d’illustrer le thème de son septième numéro : la transmission. Cette photo de Philippe Boily s’est imposée comme la métaphore de la disparition d’un geste parmi tant d’autres : un savoir-faire familial ancestral. Dans une société qui carbure à l’instantanéité et caractérisée par l’oubli destructeur, la transmission est un enjeu actuel de premier plan. Les thèmes de l'héritage, de la transmission et la passation des savoir-faire sont explorés dans ces pages grâce aux textes d’auteurs comme Élisabeth Kaine, Jean Derome, Jean-Paul Quéinnec, Virginie Chrétien et Hervé Fischer, aux essais de Jocelyn Robert et Madeleine Doré ainsi qu’à travers le travail d’artistes comme Anne-Marie Ouellet et Thomas Sinou, Pierre Dumont (hommage), Charles Sagalane, Philippe Boily, Paolo Almario, le collectif Les Poulpes et plusieurs autres.

Numéro 6 - octobre 2013

Numéro 6 – octobre 2013

Dans ce numéro, Zone Occupée pose la double question concernant le corps physique et le corps social : comment aborder le concept de corps sous ses différentes facettes et comment une société peut-elle prendre corps? Le bras armé de l’État, la tête de l’entreprise ou la guerre intestine sont autant d’exemples de la richesse du concept. Les interrogations entourant le corps physique et social sont donc au cœur des textes de cette édition qui présente aussi, entre autres, les sculptures de Pascal Dufaux, le projet Marina Abramovic Institute MAI, le collectif L’Oreille coupée, les portfolios de Cindy Dumais, Vicky Côté, Carl Bouchard, Pascal Picard, Danny Gaudreault et plusieurs autres.

Numéro 5 - mars 2013

Numéro 5 – mars 2013

Zone Occupée aborde ici une thématique intimement liée à une problématique propre aux régions du Québec, mais aussi aux humains : l’isolement. À l’ère de l’avatar et des réseaux sociaux, des voyages de groupes organisés et du partage « démocratique » de toutes sortes de données personnelles, l’être humain n’a jamais été aussi responsable de son propre isolement. Ce numéro parle notamment de l’isolement de l’artiste, traite d’une certaine forme de créativité issue de l’isolement médical ou carcéral, présente un dossier spécial sur le travail de John Boyle-Singfield et donne à lire un slam en nehlueun, langue parlée par les Innus de Mashteuiatsh au Lac-Saint-Jean.

Numéro 4 - octobre 2012

Numéro 4 – octobre 2012

À quoi peut servir une correspondance? Pourquoi correspondre? Et pour qui? Avons-nous besoin de correspondre à l’autre pour vivre? Voilà les multiples questions que suscite le thème de cette édition : la correspondance. La section porfolio a ainsi été réalisée avec la collaboration d’auteurs membres de l’Association professionnelle des écrivains de la Sagamie, qui ont écrit de courts textes à propos du travail des artistes présentés. On découvre également le mail art de Steven Renald, le projet « La Grande Marche des Tacons-Sites », les expérimentations épistolaires in situ de Giguère et Ouellet, les lettres d’amour comme propositions artistiques de Francis O’Shaughnessy et plus encore.

Copyright © Société de développement des périodiques culturels québécois (SODEP). Tous droits réservés. Ce site est publié et développé par EquiSoft inc. / Design, concept graphique et html par Gris-Gris design graphique