Texte alternatif logo

Magazine Gaspésie Histoire et identité gaspésienne

Numéro 189 – août-novembre 2017

Numéro 189 – août-novembre 2017

Feuilleter

Nos faiseurs de bateaux, le numéro de août-novembre du Magazine Gaspésie, rend hommage à ces hommes, pour la plupart, qui en bâtissant des bateaux, permirent la pêche et le transport à une époque où les routes n’existaient pas encore dans cette région bordée par la mer. Nombreux furent ceux qui développèrent une expertise de pointe qu’ils transmirent ensuite de génération en génération, bien que désormais plusieurs techniques de fabrication se soient perdues au fil du temps. L’espace d’un numéro, découvrez ou revivez l’histoire de la Gaspésienne n° 20, des goélettes et flates de Carleton, des chantiers navals et celles, entre autres, du charpentier George Fallu et de Stanley Doucette « tout un constructeur de bateaux ».

Numéro 188 - printemps 2017

Numéro 188 – printemps 2017

Feuilleter

Ce numéro de printemps porte sur un sujet fascinant et pittoresque : la toponymie, livre ouvert sur la petite et la grande histoire d’une région. Les noms des villages, des lacs, des rivières, des routes et des rangs forment une toponymie unique qui permet de parcourir l’âme et la tradition orale de la Gaspésie. Magazine Gaspésie se propose de lever le voile sur l’origine de toutes ces appellations qu’elle soit amérindienne, particulièrement mi’gmaq, française ou britannique. Certaines dénominations sont plutôt baroques : à vous de découvrir ce qui se cache derrière la « craque-à-Madame-Chauvin »! Quelles sont les originalités de la toponymie gaspésienne par rapport au reste du Québec? Que dit-elle sur la mémoire collective particulière de la région? Au-delà des noms officiels existent également une pléthore d’expressions locales que le rédacteur Jean-Marie Fallu et plusieurs autres auteurs se plaisent à lister et à décrypter. Douze articles composent ce grand dossier.

Numéro 187 - hiver 2016

Numéro 187 – hiver 2016

Feuilleter

Le thème de ce numéro d’hiver de Magazine Gaspésie, le monde de l’enfance, particulièrement celle d’autrefois : celle des familles nombreuses, de la camaraderie, des rituels religieux, du voisinage tissé serré, des traditions. Sept auteurs se relaient pour évoquer le passé de manière pittoresque à travers des récits autobiographiques qui incluent les souvenirs de nul autre que René Lévesque! La chronique Archives donne quant à elle de nouveau la parole à Charles Robin, personnalité marquante du XVIIIe siècle dans la région. D’autres articles nous brosseront le portrait de municipalités (le poste de pêche Manche-d’Épée) ou d’individus engagés politiquement (Joseph Sasseville-Roy et Évariste Dubé). À noter qu’en collaboration avec le magazine, le Musée de la Gaspésie présentera également jusqu’en mai 2017 une exposition sur le thème de l’enfance.

Numéro 186 - juillet-octobre 2016

Numéro 186 – juillet-octobre 2016

Feuilleter

Que mangeait-on autrefois? Dans quelles mesures la diversité du peuplement a-t-elle façonné une tradition culinaire bien gaspésienne? Des pratiques mi'gmaq à la cuisine familiale et traditionnelle et aux tables des restaurants, un art culinaire, un goût pour le bien-manger a pris forme en Gaspésie, marqué par des influences tant locales qu'étrangères. Les articles de ce numéro nous font découvrir des méthodes anciennes de préparation des aliments, comme la cuisson à la cambuse, pratique bien courante chez les pêcheurs d'autrefois, et la cuisine de camp de bûcheron des années soixante, entre autres. D'autres textes témoignent de plats marquants, comme le cipâte de Haute-Gaspésie, la « kiaude » d'Alma Pelletier de Pointe-Jaune ou les « langues de morues », un mets très prisé des Gaspésiens, mais pas par les visiteurs! Cuisiniers, mères de familles et restaurateurs sont à l'honneur dans cette édition parsemée de recettes d'antan que les lecteurs pourront s'amuser à cuisiner à la maison.

Numéro 185 - mars-juin 2016

Numéro 185 – mars-juin 2016

Feuilleter

Pendant longtemps, les Gaspésiens ont dû compter sur leurs propres moyens pour confectionner leurs vêtements. Les habits, plus fonctionnels qu'esthétiques, passent d'un enfant à un autre jusqu'à ce qu'ils soient recyclés dans la confection d'une courtepointe ou d'un tapis. Quelle place le vêtement a-t-il occupé dans l'histoire de la péninsule? Magazine Gaspésie dresse le portrait de la tradition vestimentaire gaspésienne en s'intéressant à celle des pêcheurs et des religieuses ainsi qu'aux métiers du vêtement et des artisans ayant marqué leur profession. À lire, notamment, le parcours du Syrien Michel Abdelnour, propriétaire d'un magasin général de Chandler, l'histoire de tante "Bake", une chapelière avant-gardiste de Cap-Espoir et l'itinéraire impressionnant de la jeune designer de mode Marie Geneviève Cyr, originaire de Carleton-sur-Mer, aujourd'hui enseignante et adjointe à la direction du programme BFA Design à la Parsons School For Design à New York.

Numéro 184 - novembre-février 2016

Numéro 184 – novembre-février 2016

Feuilleter

D’où remonte la tradition du hockey dans la péninsule gaspésienne et qu’elle en a été l’évolution? À Gaspé, on fait mention de parties qui se tiennent sur la baie dès les années 1890. Ce numéro nous transporte à cette époque où des patinoires étaient improvisées sur des marres d’eau gelée et où l’on utilisait du crottin de cheval gelé comme rondelles et des catalogues comme jambières aux gardiens. Au quatre coin de la Gaspésie, chaque village avait ses patinoires, ses équipes de hockey ainsi que ses « glorieux ». Tant chez les joueurs que chez les partisans, le hockey est devenu au fil des ans une véritable passion et, avec la venue des arénas, le sport s’organisera et se développera afin de permettre à plusieurs Gaspésiens d’atteindre les rangs des professionnels. Ce dossier consacré à la fièvre du hockey accompagne l’exposition « Nos glorieux Gaspésiens » du Musée de la Gaspésie.

Numéro 183 - juillet-octobre 2015

Numéro 183 – juillet-octobre 2015

Feuilleter

La navigation le long des côtes accidentées de la péninsule gaspésienne a toujours été des plus périlleuses. On le doit à l’abondance des récifs et à l’absence, avant le milieu du 19e siècle, de phares et de cartes marines adéquates. Confrontés à d’épais brouillards imprévisibles, les navigateurs confondent parfois l’entrée de la baie des Chaleurs avec celle de la baie de Gaspé ou du fleuve Saint-Laurent. La Gaspésie s’avère donc ainsi la scène de centaines de naufrages et de tragédies humaines. Grâce à une abondance d’articles sur le sujet, le lecteur découvre au fil des pages de ce numéro un univers fascinant fait d’échouements, de mutineries, de pillages, de survivants et d’épaves… Des récits aux péripéties et aux dénouements tous plus imprévisibles les uns que les autres.

Numéro 182 – mars-juin 2015

Numéro 182 – mars-juin 2015

Feuilleter

Le besoin d’aimer et d’être aimé est vieux comme le monde, tout comme l’est le désir de concrétiser l’amour entre deux êtres par le mariage. Le dossier thématique de ce numéro s’est intéressé à l’évolution des traditions entourant l’amour et le mariage depuis le 17e siècle – où le libertinage est coutume chez les Mi’gmaq – jusqu’à l’âge d’or du mariage dans les années 30 et aux unions libres d’aujourd’hui. Des chansons issues de la tradition orale nous renseignent sur toute l’importance du sentiment amoureux dès les années 1750. Quelques anecdotes entourant des mariages mixtes (entre anglophones et francophones, interdits par le clergé catholique) et clandestins sont évoqués ainsi qu’une histoire d’amour particulière unissant un couple ayant fêté leurs noces de platine (70 ans) en 2014.

Numéro 181 - automne 2014

Numéro 181 – automne 2014

Feuilleter

Lorsque l’automne s’installe en Gaspésie, de nombreux villages se vident de leurs citoyens et de leurs travailleurs. Mais où sont-ils tous? Partis dans la forêt, à la chasse! Les premiers Gaspésiens ont appris l’art de la trappe et de la chasse chez les Mi’gmaq, ce qui a forgé le développement économique de la région. De génération en génération, la chasse a évoluée, s’est implantée pour devenir un moyen de subsistance puis une tradition pratiquée avec une ferveur quasi religieuse. Qu’elles soient vues comme utilitaires, louables, économiques, abusives ou destructrices, la chasse et la trappe ne laissent personne indifférent. Les textes de ce numéro font valoir différents point de vue sur cette tradition passionnante en nous faisant découvrir son histoire, sa magie, ses héros et ses défis.

Numéro 180 - été 2014

Numéro 180 – été 2014

Feuilleter

Intitulé « La Gaspésie chantée », le dossier de ce numéro fera revivre aux lecteurs une époque où la fête et les rencontres étaient coutumes. Loin des grands centres, isolés, mais pas seuls, les Gaspésiens ont appris à chanter au rythme de la mer et des saisons et nombreux sont les artistes ayant émergé de cette région qui se sont illustrés sur la scène nationale. De ses origines folkloriques dans les « veillées » jusqu’à son évolution vers l’époque des chansonniers et de son véritable essor dans les années 1980 et 1990, ce dossier spécial présente notamment l’ensemble vocal Les Voix du Large de Gaspé, le témoignage du chansonnier Pierre Michaud ainsi qu’une entrevue avec le poète, chanteur et auteur de chansons Gilles Bélanger.

Numéro 179 - printemps 2014

Numéro 179 – printemps 2014

Feuilleter

Unique de par sa diversité ethnique, le peuplement de la Gaspésie est un élément qui la distingue des autres régions québécoises. En 1763, après la victoire militaire de l’Angleterre sur la France, c’est une conquête économique qui s’amorce, une course frénétique à l’enrichissement. Les Britanniques débarquent en Gaspésie, attirés par les opportunités d’affaires de la nouvelle colonie. Ce numéro, placé sous le thème « La Gaspésie british », retrace l’histoire des Anglo-Gaspésiens et de leur influence sur la société gaspésienne, tout en jetant aussi un regard sur leur situation actuelle.

Numéro 178 - automne 2013

Numéro 178 – automne 2013

Une étonnante variété de croyances et de religions a marqué l’histoire de la Gaspésie, ses villages et ses habitants. Malgré la difficulté des différentes confessions de desservir cette grande région éloignée, les catholiques et protestants deviendront progressivement des forces structurantes pour les communautés. Parmi les lieux importants de cette histoire religieuse, le village de Val d’Espoir avec ses deux clochers et son monastère cistercien, la ville de Sainte-Anne de Ristigouche, lieu de pèlerinage prisé des Blancs autant que des Micmacs, ainsi que l’église anglicane Saint-James de Cape Cove. Hors dossier, le manifeste de la Maison du pêcheur authentifié par Paul Rose et un hommage à Claude Allard, gaspésien ayant consacré sa vie à autrui et aujourd’hui immortalisé dans un documentaire.

Numéro 177 - été 2013

Numéro 177 – été 2013

En 1963 naissait la Revue d’histoire de la Gaspésie. Cinquante ans plus tard, la revue éditée par le Musée de la Gaspésie a su évoluer et garder sa pertinence au fil des ans grâce au dévouement de ses collaborateurs historiens et journalistes. Mais la revue n’aurait pas pu survivre aussi longtemps sans l’appui et l’intérêt constants des Gaspésiens et Gaspésiennes qui font de leur histoire et leur patrimoine une valeur fondamentale. À travers les témoignages d’abonnés fidèles, d’auteurs-collaborateurs et autres artisans de la revue d’hier et d’aujourd’hui, nous découvrons l’histoire d’une passion d’un peuple pour sa région, son identité et son histoire. Un dossier étoffé qui rappelle les faits marquants de la péninsule, tant au niveau économique qu’à travers le portrait de personnalités comme Mary Travers, dite La Bolduc.

Numéro 176 - printemps 2013

Numéro 176 – printemps 2013

L’émergence des médias dans une région éloignée comme la Gaspésie est intimement liée à son développement économique et culturel. C’est sous cet angle que l’équipe de Magazine Gaspésie a décidé de revisiter l’histoire de la péninsule en y consacrant son plus récent numéro. De l’apparition des premiers journaux comme « The Gaspe’ Gazette » en 1851 jusqu’aux stations de radio et de télévision pionnières, nous apprenons à quel point ces médias ont profondément marqué la mémoire des habitants de la région, et ce, à partir de la fin des années 30 jusqu’à aujourd’hui. Dans ce dossier, on remarquera, entre autres, un article de Renald Bérubé retraçant les débuts de carrière d’Yves Thériault, célèbre auteur d’Agaguk, dont le premier emploi en tant qu’annonceur à la radio CHNC de New Carlisle en 1937 aura une empreinte durable sur ses œuvres romanesques.

Numéro 175 - novembre 2012

Numéro 175 – novembre 2012

L’année 2012 étant décrétée « Année internationale de la coopération » par l’UNESCO, Magazine Gaspésie profite de l’occasion pour jeter un regard sur l’importance du mouvement coopératif. D’hier à aujourd’hui, la coopération a pris forme petit à petit et s’est incrustée tout autour de la péninsule dans divers domaines dont la pêche, l’épargne, l’agriculture et la consommation, la foresterie et l’électrification. C’est ainsi que les articles nous ramènent aux valeurs de partage et d'entraide, au lien social particulier qui traverse les acteurs de cette société en ébullition. À la fierté se jouxte la reconnaissance du travail de chacun. Les images d'archives comme celles d'aujourd'hui agrémentent la lecture de ce magazine.

Numéro 174 - été 2012

Numéro 174 – été 2012

Dès la fin de la guerre de Sept ans (guerre de la Conquête – 1756-1763), les premiers commerçants britanniques, venus tirer profit de la pêche, occupèrent la place laissée vacante par les Français. La majorité d’entre eux provenaient des îles anglo-normandes: Jersey, Guernesey, Sercq et Alderney. Ils s’appelaient Robin, LeBoutillier, Janvrin, etc. Avec leur farouche esprit d’indépendance, ils amenèrent avec eux le parler «jèrriais», un patois normand, leur religion et, surtout, leur pratique commerciale. Jusqu’à quel point les Jersiais ont-ils laissé leur marque dans l’histoire de la Gaspésie? C’est ce que les auteurs de ce numéro ont voulu mettre en lumière.

Numéro 173 - hiver 2012

Numéro 173 – hiver 2012

Que faisaient les Gaspésiens autrefois pour passer le temps? Les générations précédentes étaient-elles plus actives? Quels étaient les sports les plus pratiqués, les plus regardés? Dans ce numéro, Magazine Gaspésie consacre un dossier aux sports et loisirs, des activités qui seront de mieux en mieux organisées à compter de la seconde moitié du 20e siècle. Parmi les articles, on présente certes des équipes gaspésiennes de hockey et de baseball, mais également des hommes forts tels que Prudent Landry (1887-1973) surnommé le «roi de la mâchoire» et Joachim Dion (1883-1953), et le projet original du frère Marie-Victorin, l’École de la route, dans les années 1950.

Copyright © Société de développement des périodiques culturels québécois (SODEP). Tous droits réservés. Ce site est publié et développé par EquiSoft inc. / Design, concept graphique et html par Gris-Gris design graphique