Texte alternatif logo

Intermédialités Théorie des arts, des lettres et des techniques

Numéros 24-25 - printemps 2015

Numéros 24-25 – printemps 2015

Feuilleter

Loin d’être obsolète, la projection a parfaitement trouvé sa place dans le troisième millénaire et elle ne saurait se penser aujourd’hui indépendamment de ses développements numériques et du rôle qu’elle joue dans la transposition des savoirs et des œuvres de la page imprimée à l’écran. C’est donc en termes de passage du mur à l’écran, mais aussi, comme on peut le lire tout au long de ce numéro, de circulation entre psyché et matière, mémoire et projet, art et science, ombre et lumière, aliénation et affirmation du sujet, que peut se concevoir le déplacement à l’œuvre dans l’acte de projeter. Cette circulation permet de mettre en lumière la nature projective de toute image. En effet, en renversant la proposition habituelle selon laquelle une projection se fait à partir d’une image déjà fixée, l’artiste fait remonter à la surface la projection préexistant à toute activité imageante.

Numéro 23 - printemps 2014

Numéro 23 – printemps 2014

Feuilleter

Les technologies numériques ont multiplié les possibilités de production, de reproduction et de manipulation des données, les capacités de stockage et la circulation des textes, des images et des sons. Ces technologies entraînent un brouillage des frontières entre producteurs et consommateurs : la création et la diffusion des « contenus » ne sont plus réservées aux professionnels, mais ouvertes aux amateurs de toutes sortes. Intermédialités s’intéresse à cette culture participative complexe et variée en nous proposant une réflexion sur les pratiques de remontage et de remixage dans divers champs – notamment dans les arts visuels, au cinéma, dans la création musicale et sonore et dans le jeu vidéo –, dans les milieux professionnels comme dans les réseaux amateurs, tant sur les plans technologique et esthétique que sur le plan politique.

Numéro 22 - automne 2013

Numéro 22 – automne 2013

Feuilleter

Dérivé du latin anima, qui signifie « âme » ou « souffle », le verbe « animer » se réfère à l’acte de donner la vie, dont les signes principaux consistent en des mouvements apparemment spontanés et autotéliques de la part de corps ou d’objets matériels normalement inertes. Le désir, ainsi que la capacité technique de « rendre la vie visible à travers le mouvement » reposent sur une logique culturelle peut-être aussi vieille que la civilisation humaine elle-même. La réflexion sur « l’animer » proposée dans ce numéro vise donc à approfondir la question depuis des champs disciplinaires différents (architecture, littérature, marionnettes, cinéma d’animation, animation numérique, etc.) en revenant aux conceptions mécanique, spectatorielle, religieuse et animiste du terme.

Numéro 21 - printemps 2013

Numéro 21 – printemps 2013

Feuilleter

Intitulé « inclure (le tiers) », ce numéro réuni des essais et des études qui abordent la question du tiers afin d’alimenter une réflexion de portée générale tout en visant à affiner l’analyse de certaines situations mettant en jeu des tiers, ou du Tiers, et à expérimenter sur l’étude d’œuvres essentiellement cinématographiques, mais traversées par la photographie, la littérature, le théâtre, l’art contemporain, une entrée par le tiers dans l’étude des médialités. Les textes sont en grande partie issus d’une réflexion amorcée lors d’un atelier scientifique subventionné par le CRSHC et initié par Djemaa Maazouzi et Marion Froger, intitulé « Adresses au tiers et postures des tiers dans le partage des mémoires », qui s’est tenu à Montréal en avril 2012.

Numéro 20 - automne 2012

Numéro 20 – automne 2012

Feuilleter

Le titre « traverser/crossing » évoque, bien sûr, l’idée de passage – celui du papier au numérique - mais aussi celle d’une exploration : ce numéro est ainsi composé d’un choix de textes que la revue a publié sur son site Internet, sous une forme préliminaire expérimentale, dans ses suppléments électroniques issus d’ateliers et séminaires portant sur l’intermédialité. Ces textes offrent au regard une image juste de la diversité des corpus et des configurations historiques qu’­Intermédialités­ traverse, tout en démontrant l’efficacité des approches intermédiales pour la compréhension de phénomènes complexes, quel que soit le niveau auquel ils se produisent, ou encore leur nature.

Numéro 19 - printemps 2012

Numéro 19 – printemps 2012

Tout acte social met en jeu des modes précis de coordination: coordination des gestes du corps; accord entre exécutants d’une action commune; mais aussi articulation des activités humaines à la temporalité. Dans quels contextes spécifiques l’action de «synchroniser» a-t-elle été conceptualisée? Quelles sont les modalités significatives de synchronisation, et avec quels effets, dans notre monde contemporain? C’est ce que ce dossier d’Intermédialités propose d’explorer à partir du corps, des écritures et des objets techniques. Il voudrait aussi bien esquisser une archéologie des modes de (dé)synchronisation qu’interroger leur multiplicité actuelle à la croisée des arts, des images et de ceux du son et de la musique.

Copyright © Société de développement des périodiques culturels québécois (SODEP). Tous droits réservés. Ce site est publié et développé par EquiSoft inc. / Design, concept graphique et html par Gris-Gris design graphique