Texte alternatif logo

Espace Art actuel, pratiques et perspectives

Numéro 131 - Printemps-été 2022

Numéro 131 – Printemps-été 2022

Feuilleter

Le dossier de ce numéro de la revue Espace rend compte de pratiques artistiques récentes où la voix - parlée, déclamée, chantée - est au cœur de l’expérience esthétique. Les articles se penchent sur le travail de plusieurs artistes en art actuel dont, entre autres, Susan Philipsz, Sharon Hayes, Sanaz Sohrabi, Fanny Latreille et Simon Belleau ou sur des œuvres spécifiques comme Tremble Staves de Raven Chacon. Lisez aussi un entretien avec l’artiste-chercheur Jérémie Nicolas. En plus du dossier, retrouvez des essais sur Af-Flux: Biennale Transnationale Noire et la 17e édition de la Biennale de l’Image en Mouvement dans la rubrique Événements. Le numéro comprend aussi plusieurs comptes-rendus d’expositions récentes, au Québec et en Europe.

Numéro 130 - Hiver 2022

Numéro 130 – Hiver 2022

Feuilleter

Cet hiver, la revue ESPACE art actuel propose un dossier dirigé par Marie-Pier Boucher, présentant des textes couvrant des pratiques artistiques visant à revoir l’imaginaire spatial sous l’angle féministe. Jessica Ragazzini se penche sur le travail d’Iris van Herpen, créatrice de mode et artiste néerlandaise dont les œuvres se teintent de préoccupations entre autres écologiques. Lexington Davis, Michael DiRisio et Evan Moritz abordent, dans leur texte respectif, des artistes aux démarches et styles divers, mais qui tous à leur façon critiquent l’impérialisme et le colonialisme de l’exploration spatiale. Le numéro comprend aussi un texte sur le projet du Museo dell’Altro e dell’Altrove di Metropoliz — le Musée de l’autre et de l’ailleurs par Fiona Annis et deux courts entretiens, l’un avec Michelle S. A. McGeough à propos de la cosmologie autochtone et l’autre avec Agnes Meyer-Brandis qui porte, entre autres, sur son projet Cloud Core Scanner (2007).

Numéro 129 -  Automne 2021

Numéro 129 – Automne 2021

Feuilleter

Codirigé par Mélanie Boucher (professeure à l’école multidisciplinaire de l’image de l’Université du Québec en Outaouais) et Geneviève Chevalier (artiste, commissaire et professeure à l’École d’art de l’Université Laval), le dossier du numéro d’automne de la revue Espace a pour thème l’artiste muséologue. Il s’intéresse principalement à l’utilisation par les artistes en art contemporain des objets (musealiasémiophores) issus des collections des musées d’art, de sciences et de société. Il examine le rôle qu’incarnent les collections muséales comme œuvre d’art à une époque où les musées les réinvestissent de manière à en diversifier leurs usages. (source : Espace)

Numéro 128 - printemps-été 2021

Numéro 128 – printemps-été 2021

Feuilleter

« Sans tomber dans le catastrophisme ni esthétiser le désastre, plusieurs artistes invitent à développer, sinon des solutions, du moins une plus grande sensibilité à ce qui vient. Plutôt que d’informer, de communiquer un savoir basé sur des données scientifiques, ils et elles ont la possibilité de stimuler notre imaginaire tout en incitant la réflexion, voire le débat. » (André-Louis Paré) Le dossier « Climatologie » du numéro printemps-été de la revue Espace s’engage aussi dans cette voie. Sous la loupe des auteur.trice.s passent des œuvres mettant en scène les conséquences des dérèglements climatiques, des œuvres immersives éveillant le sens critique, incitant à la participation citoyenne, au changement de nos modes de vie ou encore au développement « d’une ‘‘éthique de la cohabitation’’ entre l’humain et le reste du vivant. » Lisez d'ailleurs un entretien avec les artistes Richard Ibghy et Marilou Lemmens à ce sujet. (source : Espace) 

Numéro 127 – hiver 2021

Numéro 127 – hiver 2021

Feuilleter

L’art dans les espaces publics prend souvent la forme de programmes institutionnels que l’on regroupe sous le vocable « art public » (dont les politiques dites de « 1 % »). Dans une perspective d’ouverture et de renouvellement de ce champ, le dossier Sortir/Come out du numéro d’hiver de la revue espace art actuel est un plaidoyer pour la diversité en matière d’art dans les espaces publics. Sous la responsabilité de Laurent Vernet, ce dossier insiste sur « la nécessité de décoloniser cette pratique institutionnelle », laquelle doit intégrer plus concrètement des efforts de réconciliation et d’inclusion, efforts qui passent également par une re-territorialisation de l’espace public et des œuvres d’art que l’on y retrouve, sinon des actions artistiques qui en émergent. Lisez Laurent Vernet, Analays Alvarez Hernandez, Bill Balaskas, Julie Richard, Martin Zebracki, Annie GérinDevora Neumark, un entretien avec Joni Low par Karen Henry et un entre Eunice Bélidor et Camille Larivée. (Source : espace art actuel )  

Numéro 126 – automne 2020

Numéro 126 – automne 2020

Feuilleter

La revue espace art actuel propose, pour son édition automnale, un dossier autour de la notion de laboratoire.  Imaginaire des laboratoires, et ce que cela induit au sein des institutions culturellesexpérimentation créative à la croisée du monde de l’art et de l’industrie ou rôle de l’imagination en science sont autant d’angles abordés. Découvrez   Forensic Architecture, un groupe de recherche qui mènent des enquêtes à des fins humanitaires et légales et le travail de plusieurs artistes qui arriment leur recherche aux sujets et aux méthodes de la recherche scientifique comme Hicham Berrada, Eve Andrée Laramée, Susanne M. Winterling et le tandem Marjolijn Dijkman et Toril Johannessen.  Lisez des entretiens avec Erin Manning fondatrice de SenseLab, un laboratoire polymorphe intégrant philosophie, art et activisme, avec  l’artiste Laurent Lamarche sur sa fascination pour ce que propose la recherche scientifique en termes de connaissance du réel, ainsi qu’avec Massimo Guerrera et Sylvie Cotton autour de l’idée du laboratoire comme espace de discussion.  

Numéro 125 – printemps-été 2020

Numéro 125 – printemps-été 2020

Feuilleter

Ce printemps, la revue espace art actuel s’intéresse à la dictature. Celle de nature politique, en opposition à la démocratie, mais aussi celle qui s’incarne dans les sociétés néolibérales. « Devant ces diktats du marché auxquels nous consentons, souvent aveuglément, certains discours critiques que promeuvent les artistes se révèlent éclairants. » (André-Louis Paré) Diogo Rodrigues de Barros analyse certaines interventions de l’artiste chilienne Voluspa Jarpa, alors que Juliette Soulez se penche sur l’opposition de certains artistes et commissaires de l’Europe de l’Est à la volonté des autorités politiques de museler les institutions culturelles. Puis, Cristina Moraru analyse diverses propositions artistiques qu’elle considère être des zones non consensuelles. Umut Ungan analyse aussi cette tension entre art et politique en s’appuyant surtout sur l’esthétique conflictuelle d’Oliver Marchart. Ariane Daoust et Aline Ginda signent, elles, un texte sur la dictature de la croissance. Ce numéro inaugure aussi une nouvelle rubrique, Débat, qui a pour but d’offrir des réflexions sur l’expression artistique susceptibles d’engendrer des points de vue contraires.

Numéro 124 – hiver 2020

Numéro 124 – hiver 2020

Feuilleter

« Créer, c’est d’abord faire advenir quelque chose du néant. Dans le domaine artistique, cependant, l’acte de création puise dans ce qui est déjà là, résultant d’un savoir-faire millénaire et d’une histoire culturelle auxquels s’adjoint, pour citer Gilles Deleuze, " une puissance de vie ". Et que signifie cette puissance lorsqu’il s’agit d’œuvres d’art issues d’une intelligence non humaine ? » (André-Louis Paré) Le dossier du numéro d’hiver de la revue espace art actuel, IA, art sans artistes ?, présente diverses pistes de réflexion à ce propos. Retrouvez-y des textes signés par des artistes (Sofian Audry, Grégory Chatonsky) et par des historien.ne.s de l’art (Andreas Broeckmann, Anne-Marie Dubois, David A.J. Murrieta Flores), un essai du philosophe et chercheur en éthique Martin Gibert et deux entretiens : l’un par Daphné Boxer, avec l’artiste Adam Basanta, et l’autre avec le collectif fabric | ch par Nathalie Bachand. Lisez aussi sur des événements d’importance tenus à Montréal et à Toronto, soit MOMENTA | Biennale de l’image, Period Rooms et la toute nouvelle biennale de Toronto.

Numéro 123  – automne 2019

Numéro 123 – automne 2019

Feuilleter

La revue ESPACE consacre le dossier thématique de son numéro d’automne à la transparence. Transparent comme ce que l’on voit, en opposition à l’opacité qui dissimule, voilà ce qui est mis de l’avant dans le travail des artistes iraniennes Shokoofeh Alidousti, Mehraneh Atashi et Shirin Neshat. Transparent comme la technologie de la blockchain, comme le présente Aude Launay dans son étude du travail de Jonas Lund et de Harm van den Dorpel. Transparence comme celle du verre ou transparence comme notion ayant traversé la modernité esthétique, ou encore transparence comme idéologie, la réflexion d’André-Louis Paré, appuyée sur des œuvres de Michel de Broin et de François Lemieux, en témoigne. En complément à cette réflexion, un article de Josiane Poirier examine des propositions artistiques qui recourent à la lumière pour révéler l’embourgeoisement en milieu urbain et ses conséquences. Enfin, un entretien avec Ghislaine Vappereau porte sur la sculpture et la transparence dans l’œuvre de cette dernière.

Numéro 122 – printemps-été 2019

Numéro 122 – printemps-été 2019

Feuilleter

« Même si l’idée de création semble d’abord en contradiction avec la destruction et s’accorde plutôt au caractère sacré qu’on prête à certains objets, le geste de détruire est souvent identifié, depuis la modernité, à un élément positif au sein du processus créatif. » (André-Louis Paré). Le numéro printanier de la revue ESPACE fait la part belle au travail d’artistes naviguant entre création et destruction : Michael Landy, Santiago Sierra, Cornelia Parker, Lucy Skaer, Ai Weiwei et Liu Jianhua. Le dossier comprend aussi, entre autres, un texte sur les espaces d’exposition détruits et un sur la démolition de l’œuvre Dialogue avec l’histoire de Jean Pierre Raynaud par la ville de Québec en 2015. La rubrique « art public et pratiques urbaines » est à l’avenant et propose une réflexion d’Annie Gérin sur le destin des monuments publics représentant des personnages controversés. Le numéro est complété par une riche sélection de comptes-rendus d’expositions récentes.

Numéro 121 – hiver 2019

Numéro 121 – hiver 2019

Feuilleter

Le numéro d’hiver de la revue ESPACE, art actuel adopte le Point de vue animal. Pour aller au-delà d’un sujet de nature morte, de l’animal comme objet, sans ressenti ni conscience, ce numéro propose des artistes dont la pratique s’arrime à une compréhension de l’animal comme un « vivant » doté de sa propre conscience, au même titre que l’Homme, des artistes qui travaille selon le point de vue de l’animal en mimant son comportement ou en utilisant les traces qu’il laisse, par exemple. Découvrez l’œuvre de Fevered sleep’s, Michel Blazy, Christoph Keller ou Duke and Batterly, entre autres. Lisez l’entretien mené avec Éric Baratay, historien et auteur de l’ouvrage Le point de vue de l’animal, où il est entre autres question de la difficulté d’éviter l’anthropomorphisme. Au sommaire également, un retour sur l’événement Orange 2018 : conjuguer la traçabilité et sur la 8e Biennale de sculpture contemporaine de Trois-Rivières, ainsi que nombre de comptes rendus d’expositions récentes.

Numéro 120 – automne 2018

Numéro 120 – automne 2018

Feuilleter

C’est sous le thème des substances psychoactives, licites ou illicites, et de leur influence dans le domaine des arts que se présente ce numéro automnal de la revue ESPACE art actuel. Quels liens les pratiques artistiques entretiennent-elles avec les substances psychotropes ? La relation entre les deux peut ouvrir sur le désir de capter des univers intimes d’une rare intensité, mais elle peut aussi contribuer à prendre position en vue de dénoncer son omniprésence dans une société qui voue un culte à la bonne forme physique et à la santé. Ce dossier donne à voir et à lire sur la pratique de Bruce Conner, Beverly Fishman, Nan Goldin, Richard Ibghy et Marilou Lemmens, Carsten Höller, Henri Michaux, Willem de Koening, Brian Gysin, Arnulf Rainer, Frédéric Pardo, Philippe Mayaux, Takashi Murakami, Annie Ratti, Roxy Paine, Martial Raysse, Jean-Jacques Lebel, Bryan Lewis Saunders, Sarah Schönfeld, Jeremy Shaw et Colleen Wolstenholme.

Numéro 119 – printemps-été 2018

Numéro 119 – printemps-été 2018

Feuilleter

L’édition printemps-été de la revue Espace art actuel est consacrée à l’art spatial. Le dossier commence avec la présentation du projet S.P.A.C.E. de Joseph McShane et celle d'ARSAT de Pierre Comte, dans les années 1980. La fascination pour le cosmos remonte toutefois au début du XXe siècle, en témoigne le travail d’Arseny Zhilyaev qui s’inspira pour son exposition Cradle of Humankind du futurologue Nikolai Fyodorov, membre du mouvement cosmiste russe. Ce philosophe a d’ailleurs eu une influence sur l’esthétique de Dragan Živadinov et son projet Noordung 1995-2045 sous l’égide du collectif Postgravityart. Des œuvres d’artistes des espaces géoculturels arabes s’inspirant de l’imaginaire de la conquête spatiale sont ensuite étudiées, puis l’œuvre Red Star de l’artiste israélienne Noa Yafe et la démarche artistique de Simon Faithfull sont analysées. Le dossier se clôt sur deux entretiens autour de la fascination pour l’espace des artistes Holly Schmidt et Rober Racine.

Numéro 118  – hiver 2018

Numéro 118 – hiver 2018

Feuilleter

Le numéro hivernal d’Espace art actuel a pour thème « Blessures ». Ses blessures, peut-on en guérir ? « Faut-il, dans ce cas, les rejeter dans l’oubli ou plutôt entretenir avec elles une forme de réconciliation libératrice ? […] Dans le domaine de la représentation esthétique, qu’est-ce que le geste artistique est en mesure d’apporter pour soulager les esprits ? [..][ Et si] les représentations de la souffrance peuvent éveiller les consciences, peuvent-elles réparer ce que l’histoire a fait subir à des individus ? »(André-Louis Paré) Édith-Anne Pageot, Florian Gaité, Ray Cronin, Sydney Hart et Mirna Boyadjian explorent ces questions dans leur texte en s’intéressant au travail des artistes Nadia Myre, Rebecca Belmore, Jaime Black, Hannah Claus, Maria Hupfield, Sonia Robertson, Kader Attia, Emily Falencki, Eric Fischl et Teresa Margolles.   Le dossier est suivi, comme d’habitude, des sections « Entretien », « Événement » et « Comptes rendus d’exposition » dont ceux de la documenta 14 de Kassel et de Skulptur Projekte de Münster.

Numéro 117 – automne 2017

Numéro 117 – automne 2017

Feuilleter

Le dossier du numéro d’automne d’Espace art actuel proposé et codirigé par Aseman Sabet, a pour thème Frissons/Shivers, et témoigne de la réactualisation de la dimension affective dans le domaine artistique. Qu’il s’agisse de réflexions à partir d’œuvres abordant les émotions en art ou de réflexions théoriques sur la réception esthétique, les textes de ce dossier démontrent que l’art actuel offre un bassin particulièrement fertile pour analyser le thème du frisson, et ce qui en découle, tant du point de vue de l’objet que du sujet. Reste à se demander jusqu’où les émotions régénèrent notre être sensible. Comment des expériences immersives peuvent-elles développer un imaginaire apte à réaffirmer notre présence au monde ? Ce numéro est aussi l’occasion de présenter, dans la section « Événements », la 57e édition de la Biennale de Venise et la 8e édition de la Manif d’art de Québec. Il coïncide également avec le 30e anniversaire de la revue.

Numéro 116 - printemps-été 2017

Numéro 116 – printemps-été 2017

Feuilleter

Le Conseil des arts du Canada s’interrogeait récemment sur la place du numérique dans l’univers actuel de la création. Résultat : une consultation auprès de différents acteurs du milieu, et une étude approfondie pour comprendre une nouvelle façon d’appréhender le monde. Le numéro de printemps-été d’Espace explore ainsi les mutations engendrées dans le travail artistique. Car le numérique, qui a envahi nos vies par une série d’appareils désormais « indispensables », est bien plus qu’une forme ou un outil. Encadrés par d’intrigantes iconographies, les textes de neuf auteurs nous éclairent tour à tour sur l’impression 3D dans la sculpture et l’installation, le travail du collectif London Fieldworks ou les mystérieux cubes de Jesse Colin Jackson. Le tandem de Grégory Chatonsky (artiste numérique) et Dominique Sirois (sculptrice) s’exprime sur sa collaboration ponctuelle et la relation symbiotique de leur pratique. Autant de réalisations passionnantes mêlant art, science et technologie.

Numéro 115 - hiver 2017

Numéro 115 – hiver 2017

Feuilleter

« Faire statue » : voici le thème qui inaugure le 30e anniversaire d’Espace art actuel. Il s’agit de mettre en lumière des actes performatifs s’appropriant certains aspects de la statuaire, des années 1960 aux œuvres les plus contemporaines. Pourquoi cette fascination prégnante pour le corps immobile? Quels fantasmes révèle-t-elle? Quels rapports entre action et inaction? Sept auteurs s’emparent du sujet. Défis d’endurance de la statuaire, effet comique du corps-sculpture, réminiscences des mythes de Pygmalion et de Galatée, correspondances entre le corps humain et l’objet : autant de thèmes fouillés à travers l’analyse de corpus précis, d’hier à d’aujourd’hui. En entrevue avec Sylvie Tourangeau, les artistes Julie Laurin, Victoria Stanton et Nicole Panneton, qui déambulent et justement « font statue » dans l’espace public, s’expriment aussi sur leur pratique. Vous trouverez également dans ce numéro d’hiver d’Espace les habituels comptes rendus d’expositions ainsi que des recensions de livres.

Numéro 114 - automne 2016

Numéro 114 – automne 2016

Feuilleter

Le visage : un grand classique de l’art depuis toujours. En buste ou en portrait, il a longtemps exprimé un certain idéal de l’être humain; il introduit également le rapport au monde, à l’autre, le vis-à-vis. Cet automne, Espace place tous ces Visages au centre des pratiques et perspectives en art actuel. Nous en découvrons de nouvelles optiques et de nouvelles lectures de l’identité, telles que les figures expressives du Franz Xaver Messerschmidt, le masque autochtone, l’égoportrait ou la surveillance de la biométrie. Hors dossier, Jérôme Delgado revient sur l’exposition protéiforme Peut mieux faire, basée sur un matériau imposé, le cahier d’exercices Canada Hilroy. Alain-Martin Richard nous présente Les Attracteurs, trente-six graciles sculptures de bronze installées dans le quartier Saint-Roch à Québec. Magnifiquement illustrée et bilingue, la revue propose également de nombreux comptes rendus de livres et d’expositions, allant de Montréal à Sherbrooke en passant par Bruxelles et Helsinki.

Numéro 113 - printemps-été 2016

Numéro 113 – printemps-été 2016

Feuilleter

Depuis quelque temps déjà, plusieurs expositions d’arts visuels font la part belle aux objets. Non pas les objets qui ont déjà une valeur esthétique inhérente à ce qu’elle représente au sein du monde de l’art, mais plutôt ceux qui partagent notre quotidien et qui s’accumulent autour de nous, alors que certains, devenus inutiles, pourraient être détruits. Mais pourquoi s’y intéresser dans le domaine de l’art contemporain ? Est-ce une façon de résister au système des objets voué à la détérioration programmée ? Est-ce pour combattre l’esthétique de l’immatérialité, en soulignant l’importance de s’entourer de choses qui, en tant qu’objet d’affection, participent de notre subjectivité ? En leur offrant une « seconde vie », ce phénomène de réinscription d’objets au sein d’une écologie de la conservation est-il si éloigné de ce que l’on entend par objet-fétiche?

Numéro 112 - hiver 2016

Numéro 112 – hiver 2016

Feuilleter

À partir des années 1960, plusieurs jeunes artistes ont été sensibles à l’idée de revoir la notion de commémoration. Aujourd’hui, c’est l’idée du contre-monument qui tente de répondre à certaines interrogations concernant la lourdeur monumentale et son manque de dynamisme mémoriel. Le dossier « Monuments / Contre-monuments » s’intéresse à deux différents types de contre-monuments et offre un portrait juste des nouvelles dimensions commémoratives au sein de l’histoire collective. Parmi les œuvres analysées, nous retrouvons Gramsci Monument (Thomas Hirschhorn), Soft Power (Alexandra Pirici) et le Mémorial de l’abolition de l’esclavage à Nantes (Krzysztof Wodiczko et Julian Bonder). Pour compléter le dossier, un texte sur la genèse du désormais contesté projet Monument aux victimes du communisme à être érigé à Ottawa, entre autres.

Numéro 111 - automne 2015

Numéro 111 – automne 2015

Feuilleter

Lorsqu’il est question de migrations humaines, spontanément nous pensons aux personnes qui, de par le monde, sont dans l’obligation de quitter leur pays pour un autre, considéré plus sécuritaire. Les raisons de ces migrations forcées sont multiples : politique, économique, ethnique, religieuse, voire de plus en plus climatique. Dans le domaine artistique, le phénomène migratoire se présente sous divers aspects. Contrairement aux données statistiques, celui-ci se montre sous forme de récits, mais aussi de productions d’objets symbolisant l’expérience exilique. Parmi les textes de ce dossier intitulé « Migrations_Frontières », notons la contribution personnelle de l’artiste Michael Blum sur le thème de la frontière comme construction humaine, le commentaire de Geneviève Chevalier, historienne de l’art, sur l’évolution de l’événement américano-mexicain inSite et l’analyse de Bernard Lamarche à propos de certaines actions transculturelles de l’artiste François Morelli, entre autres.

Numéro 110 - printemps-été 2015

Numéro 110 – printemps-été 2015

Feuilleter

En ce début du XXIe siècle, les enjeux que soulève l’écologie s’ouvrent sur un véritable champ de bataille. Mais qu’en est-il sur le plan artistique? Souvent les artistes se retrouvent dans des consensus visuels ou plastiques indexant la forme à « la mission » écologique. Elles conduisent à penser de façon « écologiquement correct » sans que cela soit pour autant artistiquement intéressant. Coincées entre ces paradoxes, les pratiques de l’écologie peinent à trouver leur forme. Ce dossier de la revue ESPACE art actuel tente non pas d’y remédier, mais de soulever le problème dès lors que la thématique nécessairement oscille entre des enjeux éthiques et esthétiques. Parmi les œuvres abordées dans ce numéro : le projet Trading routes, développé en réaction à l’exploitation du pétrole en Colombie-Britannique, la vidéo Aftermaths d’Isabelle Hayeur, dans laquelle il est question des conséquences de l’ouragan Katrina en 2005, et les interventions publiques de Nicolás Uriburu et son association sporadique avec le groupe militant Greenpeace.

Numéro 109 - hiver 2015

Numéro 109 – hiver 2015

Feuilleter

Cette nouvelle parution d’Espace présente un dossier sur le diorama tel qu’il s’expose en art contemporain. Vu l’importance du phénomène, son actualité et l’usage terminologique du diorama qui est maintenant courant, la revue nous propose d’interroger les liens qu’il entretient avec le diorama populaire et muséal, ce qui l’en distingue et quel est la portée de cette récupération. Les œuvres de Xu Zhen, Dominique Gonzalez-Foerster, Kent Monkman et Vicky Sabourin sont notamment à l’étude. Hors dossier, les comptes-rendus de Generation – 25 Years of Contemporary Art in Scotland, de l’exposition 399 days de Rachel Kneebone, de la rétrospective Niki de Saint-Phalle et de la de la Biennale nationale de sculpture contemporaine de Trois-Rivières, entre autres.

Numéro 108 - automne 2014

Numéro 108 – automne 2014

Feuilleter

Ce numéro présente le deuxième volet de la réflexion « Re-penser la sculpture? » en vue de découvrir d’autres façons de contribuer au passage pouvant avoir lieu entre la sculpture, reconnue comme médium, et celle exigeant d’autres usages de l’espace. Un essai de Maxime Coulombe, « La sculpture, vous dites? », une analyse de Marie-Hélène Leblanc, « L’homme et la machine dans la sculpture comme dans la guerre », et un entretien avec Guillaume Labrie sont notamment au menu. Hors dossier, Josianne Poirier étudie « Le paysage sonore comme matière », Rupert Nuttle s’entretient avec Derya Akay et les comptes-rendus de la dernière Manif d’art de Québec, de Chantier Libre 4 et le troisième acte de la trilogie de Sarah Pierce.

Numéro 107 - printemps-été 2014

Numéro 107 – printemps-été 2014

Feuilleter

Avec ce numéro 107, la revue Espace inaugure un nouveau format, logo et design. Pour marquer le coup, le dossier « Re-penser la sculpture? » propose de se questionner sur ce que veut dire la pratique de ce medium aujourd’hui. Après un bref historique de la sculpture depuis les années 1960-1970, certaines propositions d’artistes (Tatiana Trouvé, Guillaume Leblon, Thea Djordjaze) sont interrogées dans leur rapport au concept de « champ élargi » avancé par Rosalind Krauss. La question de l’ombre projetée en sculpture (Tim Noble & Sue Webster, Mac Adams, mounir fatmi), trop peu souvent analysée, est aussi investiguée, ainsi que le travail d’artistes de la jeune génération (Francis Arguin, Chloé Desjardins, Dominic Papillon), caractérisé par une esthétique de la répétition.

Numéro 106 - hiver 2013-2014

Numéro 106 – hiver 2013-2014

Feuilleter

Intitulé « Espace architecturé », le dossier de cette édition regroupe des textes signés André-Louis Paré, Nycole Paquin, Éric Valentin et Jessica Li. Il y est question, notamment, de Collective Folie, la tour gigantesque de Tadashi Kawamata au parc de la Villette à Paris, de l’univers à couper le souffle de Dale Chihuly au MBAM, de l’installation de Yam Lau à la Fonderie Darling, et du travail de Claes Oldenburg et Coosje van Bruggen abordé sous l’angle de la sculpture comme subversion de l’architecture. Hors dossier, un retour sur la temporalité des œuvres publiques, un entretien avec Laurent Gagnon et un compte-rendu de l’exposition Michel de Broin au MAC, entre autres.

Numéro 105 - automne 2013

Numéro 105 – automne 2013

Feuilleter

Dirigé par Laurent Vernet, le dossier du numéro 105 d’Espace envisage le fameux ouvrage de Guy Debord, La société du spectacle, en l’appliquant au champs des arts visuels. À quels signes peut-on reconnaître que le système capitaliste a transformé le monde de l’art pour en faire une industrie du spectacle comme les autres? Les collaboratrices Josianne Poirier, Julie Boivin et Catherine Lalonde abordent divers points de vue sur la question, notamment à travers l’analyse de la sculpture lumineuse Intersection articulée (Raphael Lozano-Hemmer), présentée en 2011 lors de la Triennale québécoise, et une entrevue avec le galeriste René Blouin. Afin de souligner les 25 ans du centre d’exposition CIRCA, Espace ouvre ses pages à cette institution passionnée pour la « sculpture au champ élargi » et présente quelques expositions marquantes de son histoire.

Numéro 103-104 - printemps-été 2013

Numéro 103-104 – printemps-été 2013

Feuilleter

Le dossier « Espace cartographié », dirigé par André-Louis Paré, s’intéresse aux ­manœuvres­ artistiques axées autour de la cartographie. Parmi les nombreuses approches recensées dans ce numéro double très étoffé, nous retrouvons les « topographies du pouvoir » de Mark Lombardi, l’imaginaire cartographique dans les oeuvres de Pierre-Alexandre Remy, la géolocalisation comme inspiration chez David Renaud et la nostalgie du voyage dans l’œuvre de Jean-Yves Vigneau, pour ne nommer que ceux-ci. La section « Événements » présente la critique de Laurent Vernet sur l’exposition ­Oh, Canada­, qui tenait l’affiche au ­MASS MoCA­ jusqu’en avril dernier, revient sur les installations transdisciplinaires de Louise Viger que l’on a pu voir au ­Centre d’exposition Circa­ à l’automne 2012 et commente l’­Ultime Dialogue­ de Roland Poulin, une exposition qui réunissait les plus récentes sculptures de l’artiste au ­Battat Contemporary­ de Montréal.

Numéro 102 - hiver 2012-2013

Numéro 102 – hiver 2012-2013

Feuilleter

Lorsqu’il s’agit de restaurer une œuvre, des théories souvent opposées s’affrontent : conserver ou restaurer? Comment affronter les défis du financement? Quel devrait être le rapport entre l’artiste et le restaurateur d’une oeuvre? Voici quelques-unes des questions abordées dans ce dossier élaboré par Serge Fisette, directeur et rédacteur en chef de la revue Espace. Hors dossier, une chronique sur l’art public est inaugurée par un texte d’Aseman Sabet et la section Événements revient notamment sur la Biennale de sculpture de Saint-Jean-Port-Joli de juillet dernier, l’exposition Construct de Zeke Moores et Se connaître de Mathieu Valade.

Numéro 101 - automne 2012

Numéro 101 – automne 2012

Élaboré par Nycole Paquin, le dossier de cette édition porte sur «Le grand et le petit monde». Il y est question d’artistes et d’architectes qui conçoivent des œuvres dont les dimensions peuvent être qualifiées «d’extrêmes», privilégiant tantôt la miniaturisation, tantôt la démesure. Une thématique qui semble intéresser plusieurs créateurs actuels, comme en témoignent quelques expositions qui se sont tenues cet été dans différentes régions. Pensons à L’imploreur géant de Mathieu Isabelle au parc Ceyreste de Val-David ou à La chapelle des fous de Carmelo Arnoldin au Musée des religions du monde de Nicolet. Avec cette édition, Espace marque aussi la parution de ses cent numéros par une nouvelle présentation graphique.

Numéro 100 - été 2012

Numéro 100 – été 2012

Espace publie son 100e numéro, à l’occasion de son 25e anniversaire. En première partie, vingt-cinq auteurs de différents horizons présentent et commentent leur «top 5» en sculpture, de 1987 à aujourd’hui, soit des œuvres jugées marquantes. Conçues par des artistes québécois ou canadiens, et listées par ordre de préférence, ces œuvres peuvent être une sculpture, une exposition ou une œuvre d’art public. Un ensemble illustré qui offre une rétrospective des plus pertinentes. Le second volet de ce numéro présente le travail de cinq étudiants prometteurs, sélectionnés parmi une liste établie par des professeurs de départements d’arts visuels. Également, le duo Doyon/Rivest a conçu une «sculpture à faire» insérée dans cette édition spéciale. Au lecteur d’expérimenter.

Numéro 99 - printemps 2012

Numéro 99 – printemps 2012

Dans cette édition, Espace poursuit le second volet du dossier sur La nécessité de la radicalité, élaboré par Nicolas Mavrikakis et Laurent Vernet. Dans Propos romantiques, le premier reprend la question du radical en l’associant, notamment, aux phénomènes de scandale, de commercialisation et de privatisation du savoir; le second revient sur quelques œuvres d’art qui ont secoué la «sphère publique canadienne» et note que, chaque fois, le sens des œuvres a été occulté et l’attention populaire détournée. Aussi dans ce dossier, il est question, entre autres, de certains «outsiders» qui sévissent à Calgary, de l’art activiste et communautaire, et du collectif les Fermières obsédées.

Copyright © Société de développement des périodiques culturels québécois (SODEP). Tous droits réservés. Ce site est publié et développé par EquiSoft inc. / Design, concept graphique et html par Gris-Gris design graphique